RETOUR SUR LE FESTIVAL DE LA BERNACHE !

Alexandre, guide naturaliste

Écrit par Alexandre, expert de l’oie Bernache.

Tous les deux ans, de nombreux partenaires s’associent à la LPO pour organiser le Festival de l’oie Bernache.

Avez-vous remarqué ces activités qui se sont déroulées du 17 au 25 novembre ?

Comment ça non ? C’est vraiment dommage, il faudra maintenant attendre novembre 2020 pour participer à la prochaine édition… Mais observer les bernaches est encore possible durant tout l’hiver.

A Arès, de nombreux accueils naturalistes ont été réalisés, permettant de parler de ces petites oies à plus d’une centaine de personnes, quelle que soit la météo. L’idée est de faire sortir les gens quand l’hiver pointe le bout du nez !

Pourquoi parler de la Bernache cravant ? Car elle est emblématique de notre baie où elle trouve son alimentation principale en hiver : la zostère naine. Sur une population mondiale d’environ 220000, on en accueille entre 50000 et 65000 chaque hiver !

Bernache posée ©Alexandre Bert

Cette oie parcourt près de 5500 km pour venir chez nous depuis la toundra sibérienne qui l’a vu naître !

Bernaches en vol ©Alexandre Bert

Bien que vivant en moyenne entre 15 et 20 ans, on a repéré sur notre beau Bassin un oiseau bagué âgé de 42 ans !

Les Bernaches forment des groupements familiaux de plusieurs dizaines d’individus qui se réfèrent à une femelle dominante qui , elle seule décide des mouvements de la troupe.

Même si les Bernaches ne sont pas au rendez-vous, vous pouvez toujours vous munir d’une petite paire de jumelles et aller observer les autres oiseaux du Bassin.

Personnellement je préfère aller me balader 1 ou 2 heures avant la pleine mer. C’est là que vous verrez de plus près les bécasseaux, les goélands, les canards et tous les oiseaux ayant pour habitude de se nourrir sur la vase.

A Arès, près de la jetée, vous pouvez contempler des limicoles, comme les Bécasseaux variables.

Bécasseau variable ©Alexandre Bert

Sur le port ostréicole, on observe souvent des mouettes. Parmi elles, se cache le peu commun Goéland cendré.

Goéland ©Alexandre Bert

En vous baladant dans la Réserve des prés salés, vous pourrez peut-être voir des canards dans les réservoirs, comme cette Macreuse noire, un canard très marin.

Macreuse noire ©Alexandre Bert

Enfin sur le site naturel de St Brice, vous aurez parfois la chance d’observer des oiseaux d’une rare beauté comme l’Avocette élégante.

Avocette en action ©Alexandre Bert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s